slide-conf-05.jpg

Conférence jouée 

De & par Gilles Cailleau 

Jouée pour la 1ère fois en 1987, elle s’est jouée depuis plus de 500 fois dont une fois par erreur devant 4 classes de maternelles et une autre fois à Berlin, surtitrée en allemand.

On ne désirait rien autant qu’être reconnu, pourtant on cache son visage derrière un bout de cuir, au risque de sentir la vache et de ne signer aucun autographe. Pourquoi ? 

 

C’est une conférence où on apprendra qu’Arlequin n’est pas une collection de livres, que Polichinelle n’a pas toujours eu trois maisons qui n’ont ni poutres ni chevrons, que Pierrot n’a pas toujours été gourmand… Bref ! Que ces personnages et d’autres avant de devenir des images stéréotypées, ont été les outils d’un théâtre subversif. 

 

C’est une conférence où on s’apercevra que manger comme un cochon, être bête comme une oie, têtu comme une mule, ou bavard comme une pie c’est peut-être un handicap dans la vie, mais c’est une qualité sur la scène et que le jeu masqué, en redonnant sa place au jeu immédiat, permet toutes les transgressions, dont la plus osée est peut-être d’ouvrir le théâtre à tous les spectateurs. 

 

C’est une conférence où on se rappellera surtout que le jeu, simplement parce qu’il entraîne à la liberté, est gravement politique, et qu’au théâtre, comme ça devrait se passer dans la vie, le corps n’est pas l’ennemi de l’âme. 

 

Le tout en mots et en jeu, dans une conférence la plus sérieuse et joyeuse possible. Parce que parler du théâtre (qui n’est rien d’autre que parler de la vie) est une chose trop importante pour ne pas se faire dans la légèreté.