©Christelle-Menassier-slide-cod-02.jpg

UNE CRÉATION CONJOINTE ATTENTION FRAGILE / ENSEMBLE TÉLÉMAQUE 

Gilles Cailleau – Raoul Lay 

Mise en piste et adaptation  Gilles Cailleau  

Réinterprétation et direction musicale  Raoul Lay  

Accompagnement des groupes  Patricia Vignoli / Laurent Vigneaux 

Flûte  Charlotte Campana  

Clarinette  Linda Amrani  

Trompette  Gérard Occello  

Percussions  Christian Bini  

Violoncelle  Jean-Florent Gabriel  

Percussions et direction d’orchestre  Pierre Quiriny  

Chant  Angelo Citriniti, Benoît Gadel, Marie Pons et Sophie Chabert  

Costumes  Virginie Breger  

Ingénieur son  Loris Bini ou Thibaut Boislève  

Lumière  Christophe Bruyas 

Scénographie et accessoires  Gilles Cailleau, Christophe Brot, Stanislas Roblès 

L’histoire de Carmen est toute simple. Un homme aime une femme qui ne l’aime plus alors il la tue. C’est une histoire banale, une histoire ordinaire, c’est juste un samedi soir sur la terre. C’est une histoire qui ne fait pas la une. La mort de Carmen n’intéresse pas grand monde et c’est ça qui est tragique. La mort de Carmen, on la découvre par hasard au café en lisant son journal, à la page des chiens écrasés.  

Mais si Carmen parle d’amour, Carmen n’est pas une histoire d’amour. Carmen, c’est l’histoire de la liberté, du prix qu’on est prêt à payer pour sa liberté, c’est l’histoire de la brutalité, l’histoire des rapports de force et finalement, c’est l’histoire du courage, des courages… Pas l’histoire de nos moments de gloire, non, le contraire, l’histoire d’une défaite, de nos défaites, quand on a la force, l’élégance, le panache de perdre en beauté. 

Coproduction Théâtres en Dracénie – scène conventionnée dès l’enfance – Draguignan / Pôle des Arts de la Scène – Marseille / Les Salins – scène nationale – Martigues / Théâtre des Quatre Saisons – Gradignan / Théâtre Massalia –scène conventionnée d’intérêt général art, enfance, jeunesse / Le Zef – scène nationale de Marseille – La Gare Franche.