Rechercher
  • Gilles Cailleau

Rangez vos rêves

Mis à jour : 11 juil. 2020

Ne me secouez pas, je suis plein de larmes. J'ai croisé Jean-Claude Grosse il y a quelques jours. À une fête. Lui n'y était pas."Les 4 saisons du Revest" sont liquidées. Il m'a dit ça avec une voix de fauve. 


Pour ceux qui ne savent pas, "le Revest", c'est l'aventure commencée voilà 20 & quelques années, portée à bout de bras par Jean-Claude, où ils sont tous passés. Guénoun et ses enfants de troupe, Vercelletto, Vincenot, Macocco, Lardennois et puis, les Cartouns, Cirk'Ubu, je ne parle que de ceux sans qui, moi, je ne serais pas le même... C'était l'aventure qui restait de toutes celles disparues, coulées ou défigurées par des politiques ineptes, Fontblanche à Vitrolles, Châteauvallon 1, le relais culturel d'Aix... 1984, je n'étais pas encore acteur, je me remplissais en spectateur de sensations inoubliables qui me construiraient petit à petit. Le Revest en faisait partie. Il a fallu attendre 20 ans pour que je vienne y jouer. Je ne sais pas si je l'ai dit à Jean-Claude et à son équipe, mais de jouer là-haut, c'était plus qu'un bonheur, un honneur d'être de la longue liste de bricoleurs de rêves qui sont passés par là. 


"Les 4 saisons du Revest sont liquidées." Qui sont-ils, ceux qui s'arrogent le droit de décider de ça ? Qui sont-ils, pour juger des auteurs, des compagnies, des acteurs, des goûts, des plaisirs, des souvenirs, des poètes ? Poètes, le mot est lâché. C'était bien le travail de poètes qui s'exerçait ici, et par tous, car Jean-Claude et les siens en sont aussi. 


"Les 4 saisons du Revest" sont liquidées. Je ne veux pas y croire. Ranger mes rêves, je ne veux pas y croire. Amis des 4 saisons du Revest, je vous embrasse énormément. 


Gilles.

2 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Édito du bout du monde

Bout du monde, ce n'est pas moi qui le dis, puisque la Réunion est appelée dans la terminologie de l'Union Européenne RUP, région ultra périphérique, ce qui est un peu ironique pour un gars qui il y a

Don't watch your back!

Ce n’est pas la première fois que ça m’arrive : je suis en train d’écrire un édito et, faisant une pause, pour penser à autre chose, je mets la radio, alors, j’entends quelque chose qui me fait radica