Marion Coulomb

Elle a rencontré Gilles au Centre Régional des Arts du Cirque de Piste d’azur. Ils avaient passé une quinzaine de jours ensemble, pour créer un spectacle avec la promotion Piste d’azur et les élèves du CNAC à l’occasion de la BIAC 2019 à Marseille. Ce spectacle créé en 6 jours, s’appelait « Rendez-vous ». C’était très curieux car ils ne se connaissaient pas, mais en quelques jours, elle a été frappé par la capacité de Gilles à voir en chacun d’eux. Comme s’il n’y avait pas besoin de parler ou de démontrer, ce qu’iels étaient, lui suffisait à mettre en évidence la beauté de chacun par ce que l’on croit souvent être des imperfections. Iels leur était impossible de jouer l’imposture. C’était à la fois inconfortable et rempli de sincérité. 

Quelques mois plus tard, toujours dans le cursus de formation cirque, elle demande à Gilles de faire un stage dans sa compagnie, et elle découvre le spectacle Lulu’s Paradise sous sa yourte si intime. Elle fait l’heureuse rencontre de Lulu et Philippe. 

 

Au Festival d’Avignon 2019, elle fait la connaissance de presque tout le reste de l’équipe et par la même occasion, découvre les spectacles de la compagnie. 

 

Puis Décembre 2019 à Nérac. Elle accompagne Gilles, Lulu, Mathias, et Marjorie dans un Lycée où Gilles joue « Gilles et Bérénice » (elle revoit ce spectacle qui, au passage, l’enchante comme si elle courrait elle même dans une prairie au milieu des coquelicots) Gilles lui a proposé d’avoir un regard sur un solo qu’elle  souhaite créer. Comme elle est un peu perdue sur le sujet même de cette création, Gilles lui propose des phrases, auxquelles elle peut répondre librement, artistiquement, musicalement, circassiennement… Après quelques jours où l’on tourne un peu autour du pot (il faut le dire), elle répond à une des phrases que Gilles lui a donné « Réduite au silence » . 

Elle ouvre pour la première fois la boite Pandore. Gilles lui demande si elle souhaite la refermer ou en faire un spectacle. Elle choisit avec un mélange de soulagement et d’inquiétude d’en faire un spectacle. 

La compagnie Attention Fragile s’embarquera également avec elle dans l’aventure. 

 

Pour ce qui est du reste de sa vie, elle a grandi en Ardèche, au milieu des champs et des forêts. 

Elle passait la plupart de son temps sur les chevaux ou dans le foin à les regarder manger. Elle joue un peu de guitare électrique. Elle écoute Nirvana. Ensuite elle est partie plus loin, en Lycée d’Arts Appliqués à Grenoble. Elle a appris le dessin et surtout à regarder avec curiosité le monde ou bien la curiosité du monde elle ne sait plus trop. Elle a découvert l’histoire des Arts et des Artistes comme on plonge dans un poème, à demi éveillée. Beaucoup d’entre eux l’accompagnent depuis. Elle a poursuivit 2 ans d’études en Graphisme, Edition et Publicité. La poésie s’éloignant un peu, et son envie de découvrir le monde grandissante, elle décide  de voyager et d’entamer un métier saisonnier dans le milieu de la nature. Amener les gens à redécouvrir les éléments sauvages qui survivent à leurs côtés. 

Et puis les arts lui manquent de nouveau, le langage de la nature ne lui suffit pas, elle a le besoin de s’exprimer aux autres et de faire quelque chose avec son corps, qui l’enveloppe certes, mais auquel elle est totalement indifférente depuis tant d’années, simple locataire discrète qui ne pose pas trop de questions. Ainsi, elle fait les rencontres les plus bouleversantes de sa vie : le cirque, le théâtre, la danse, et les gens du spectacles. 

Elle passe plusieurs années en école de cirque : Passe-Muraille à Besançon, Le Salto à Alès pendant 2 ans, puis Piste d’Azur, centre des arts du cirque PACA pendant 2 années également.

Quelque années plus tard, elle co-fonde la compagnie Deux dames au volant avec Emmanuelle Durand et ensemble, elles rejoignent le collectif la Basse cour à Nimes.