Rechercher
  • Gilles Cailleau

Miam !

Mis à jour : juil. 11

Un repas de fête est l'objet dont on devrait s’inspirer pour penser un spectacle.

D’abord, parce que tout le monde y est assis à la même hauteur. On essaie de faire en sorte que tout le monde puisse voir tout le monde.

Dans cette sorte de table ronde, celui ou celle qui a préparé le repas a certes une place privilégiée mais s’assoit comme les autres dès que la cuisine le permet. C’est très rare quand il ou elle réclame de se mettre à l’endroit de la table où il y a plus de lumière, pour qu’on le voie mieux que les autres.

Dans un tel repas, on ne se préoccupe pas du temps qu’on passe ensemble. Si on parle et on rigole trois heures durant, on ne se plaint pas d’un manque de rythme.

S’il y a du poisson au menu, on ne se dit pas qu’on était venu pour manger de la soupe, d’ailleurs, le ou la cuisinière a souvent prévu quelque chose pour ceux et celles que le poisson dérange.

Quand un plat est trop salé, on déclare très rarement qu’on ne reviendra pas, on préfère émettre en souriant l’hypothèse que le cuisinier est amoureux.

Et si la nourriture est très bonne évidemment, ça ne gâche rien.

Autre chose, un bon repas laisse des traces inoubliables. C’est même à ça qu’on le reconnaît : étonnamment, on peut se souvenir d’une fête et dire dans la même phrase "c’était un super repas "et "on n’a pas très bien mangé".

Voilà ! Quelques-unes des très bonnes raisons qui devraient nous inviter à envisager nos spectacles des repas de fête.

C'est tout pour aujourd'hui.



11 vues

Posts récents

Voir tout