Rechercher
  • Gilles Cailleau

Intentions fragiles

Et voilà. C'est aujourd'hui. La Guerre des Boutons est déclarée. Ça devait arriver. Ce bouquin, que je lis au moins une fois par an depuis que j'ai onze ans, je ne le lirai sans doute plus. Ou dans très longtemps. Ça va me manquer. À la place, des grands qui jouent aux gosses dans un terrain vague. Aurélie m'a dit l'autre jour : "Quand même, regarder des gens être payés pour s'amuser autant, c'est énervant !" Je la comprends. Il y a des gosses dans tous mes spectacles. Des mômes. Des mioches. Cette fois-ci, j'ai dit aux acteurs : "Ne composez pas, cherchez la grâce." Ça ne voulait pas dire, "Soyez des anges", ça voulait dire "soyez évident, dans la gaîté comme dans la cruauté". Je leur ai dit : "Ayez des chagrins préhistoriques !" Je leur ai dit : "Ne travaillez pas, interdisez-vous de travailler, mais faites de votre plaisir une discipline." Je leur ai dit, "Pensez à Homère plutôt qu'à Doisneau, oubliez les boutons, pensez à la guerre..." Je leur ai dit des tas de choses incompréhensibles qu'ils ont gentiment essayé de mettre en oeuvre. Une fois de plus, ensemble, on a tenté de s'approcher. Et voilà. C'est arrivé. Et ça a le goût d'un très ancien théâtre : vous êtes conviés, en assemblée publique, à assister à la genèse de la guerre.

Gilles, 24 février. H moins 6.

0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Don't watch your back!

Ce n’est pas la première fois que ça m’arrive : je suis en train d’écrire un édito et, faisant une pause, pour penser à autre chose, je mets la radio, alors, j’entends quelque chose qui me fait radica

Tous les clowns ne sont pas des monstres

Charlie Rivel est mon clown préféré. La 1ère fois que je l’ai vu, c’était en 1973, au concours de l’Eurovision où il avait fait une apparition pour faire passer le temps aux téléspectateurs pendant qu